Dura (chou)lex, sed (chou)lex

Publié le 29/04/2017 in match, match_seniors, Seniors Saison 2016/17.

Us Genève Poste FC Séniors +30 – Choulex (0-0) 2-3

Belle soirée après les pluies des derniers jours: le synthétique nous est attribué (merci au personnel du Bois des Frères !), selon la demande des koachs.

Nos gars sont appelés à faire beaucoup mieux qu’au match contre Cerceda: qui fut un match nullissime (malgré les deux buts d’un Nuno héroïque), rendu encore plus nul par les blessures de Nuno (toujours lui) et Benny. Défi grandiose, car en face nous avons le leader de ce championnat. David conscient de la mission impossible, avait déjà sorti, dans l’après-midi, les petit(e)s lapin(e)s de son chapeau, pour réanimer les coéquipiers et redresser la barre (!) .

Dans le vestiaire la stratégie concoctée par les kokoachs est claire: défense rembourrée (pour un 5-3-2), dans le but de contraster l’armada choulésienne (les 11 but encaissés au match aller ont laissé une trace indélébile). Tactique défensive oui, mais censée trouver du répit grâce aux contres ravageurs de nos milieux offensifs.

Formation donc avec Dave le motivateur au but, Borette sur la droite, Nico à gauche, Paolo et Tom stoppers, Pascal dernier rempart, milieu déf Miguel et Sergio, demi-gauche Tommaso, demi-droit Angelo, et en faux 9 Mitch Mertens.

Une première mi-temps intense, pendant laquelle nos gars réussissent un travail défensif exceptionnel, facilité, paradoxalement, par la maestria de nos adversaires: en effet,  quand les milieux de Choulex appellent Greg ou Samir, pour leur destiner la balle, on sait déjà à l’avance que la balle prendra la bonne trajectoire, c’est à dire celle qui mène à Greg ou Samir (les nôtres comprennent vite la logique et se collent à Greg et à Samir). Vous voyez bien ici qu’avec des adversaires moins adroits (du style “j’annonce Greg mais je la donne à Samir, et j’sais pas pourquoi…”), la tâche aurait été bien plus compliquée.

Dans les premières phases de jeu, nous peinons à sortir et à construire, car en face ça presse, sans relâche. Cependant, l’équipe n’est jamais sous l’eau et ne concède que les miettes (David et Pascal sont là, quand il s’agit de boucher les fuites): rares seront donc les occasions pour nos adversaires, à tel point que la chance la plus nette est à nous, avec la tête de Sergio qui s’éteint à quelques centimètres du poteau. O-O à la mi-temps avec les kokoachs plus que satisfaits de la discipline montrée sur le terrain.

Deuxième mi-temps, Nico cède la place à Fabio C. (coach de la Deux, merci de sa présence), Angelo recule d’un cran et passe à gauche. Dès les premiers instants, les équipes sont moins crispées; les nôtres comprennent qu’on peut aussi faire le jeu, avec les ratisseurs au milieu de terrain qui se font de plus en plus proactifs. Des espaces se créent, mais c’est à Choluez d’en profiter: une frappe de loin donne aux adversaires le premier but. Sans paniquer, on se remet tout de suite dans les rails: passe de Mitch pour Miguel, la balle parvient à Tommaso qui place une balle insidieuse dans le petit filet. 1-1, résultat qui fait douter Choulex. Le match s’ouvre de plus en plus, nos attaquants créent le danger, mais c’est encore à Choulex de nous devancer. Et encore avec une frappe de loin, poteau puis but et score sur le 1-2. Nos gars ne baissent pas le bras, pressent de plus en plus: Sergio, coriace dans le maintien de la balle, subit une faute à l’orée des 16 mètres: rouge direct pour le défenseur et coup franc. Mitch s’en charge lui qui sait saisir ce genre d’occasions, fort de la conviction que celle-ci pourrait être la dernière. La fusillade qui s’en suit est imprenable pour le gardien: 2-2, résultat que nous maintiendrons jusqu’à (presque, hélas) la fin. Nous relevons également l’entrée de Benny et Rodg qui relayent Tom et Tommaso, ainsi que un arrêt miraculeux de David.

Dernière occasion du match: la naïveté, ainsi que l’enivrement provoqué par un résultat inespéré nous trahissent. La conséquence est un mauvais placement défensif, lors d’un centre venimeux pour la tête de l’attaquant adverse (nommé Spaghetti et nous rajoutons “al dente”, alors que nous sommes un peu trop cuits). David est battu: un final triste alors qu’on rêvait d’un happy end.

Dura lex: la loi de Choulex est dure, mais c’est la loi et c’est le foot et nous l’acceptons: malgré la défaite, cela a été un match de référence duquel nous sortons la tête haute, sans oublier le plaisir que ce groupe, solidaire et compacte, a su s’offrir, tout au long des 80 minutes.

Bravo les gars, nous nous disons à la Meyrinnoise: et gardons cet état d’esprit pour terminer cette saison, de la meilleure des façons.

Pirlo

Laisser un commentaire


© US GENÈVE POSTE FC 2017